Quelles infos souhaitez-vous recevoir (plusieurs choix possibles) ?
Votre adresse mail
Fermer
Vap’zine
Le véritable CV des Johnny Mafia

Publications

Le véritable CV des Johnny Mafia

Le 04.12.18

Chaque mois, Sparse repeint le portrait d'un artiste de la programmation. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir, sans avoir osé le demander...

Princes de l’amour

La première fois que j’ai vu « les Mafia », (ouais on dit « les Mafia » maintenant, un peu comme on dit les Stones…), c’était pour un festival au Creusot. Ils étaient sur la plus petite scène, à un horaire tout pourri, et pourtant ce sont eux dont tout le monde a retenu le nom, alors qu’ils partageaient la scène avec 2Many Djs, ou encore Sébastien Tellier...

Ensuite, plus tard dans la soirée, quand on les a invités pour une interview, le bassiste est tombé de sa chaise juste avant de vomir par terre. C’est pas du rock ça ?!

Les gamins de Sens viennent de sortir leur 2e album, et justement ne sont plus du tout considérés comme des gamins dans le milieu, mais plutôt comme des références après seulement 5 ans d’existence. Plus personne ne se demande pourquoi ils ont appelé leur groupe comme un film de série B. C’est entré dans les mœurs.

Des tournées dans toute la France, et même en Amérique (un tour triomphal au Canada il y a quelques mois), et un dernier album produit par Monsieur Jim Diamond himself ; celui-là même qui a produit les deux premiers albums des White Stripes. White Stripes – Johnny Mafia, même combat. Il paraît que Jack White a pré-commandé l’album sur le net tellement il est fan.

Les Johnny Mafia sont les premiers à faire mentir le fameux adage : « Un mec de Sens, tu ne peux pas lui faire confiance ». Avec eux, c’est confiance totale sur scène. Ça va être une boucherie.

Les branleurs les plus attachants du rock, du garage et du punk réunis. Ils ont fait de Sens l’autoproclamée « Capitale du Monde ». Ça va être un beau bordel pour déplacer toutes les institutions internationales dans cette ville du nord-Bourgogne, mais les Mafia promettent de s’occuper de tout.

Les Princes de l’amour, ça n’est pas une nouvelle série AB Productions, mais le nom de leur nouvel album ; comme quoi il y a un petit cœur derrière toute cette puissance de feu sur scène. Ils en ont fêté la sortie il y a quelques jours à la Maroquinerie, pas la boutique de sacs à main à côté de chez toi, la salle de concert à Paris.

Avec eux sur la scène de La Vapeur ce 14 décembre : les Blue Orchid, ce que Clamecy nous a donné de mieux depuis Romain Rolland, et tRuckks, ce que Vesoul nous a donné de mieux depuis... Ben depuis toujours en fait. La relève.

Chablis Winston

Johnny Mafia – tRuckks - Blue Orchid, le 14 déc à La Vapeur.