Quelles infos souhaitez-vous recevoir (plusieurs choix possibles) ?
Votre adresse mail
Fermer
Vap’zine
Le véritable CV de J.S. Ondara

Publications

Le véritable CV de J.S. Ondara

Le 19.11.19

Chaque mois, Sparse repeint le portrait d'un artiste de la programmation.Tout ce que vous avez toujours voulu savoir, sans avoir osé le demander...

From Kenya to Wawa !

J.S. Ondara a grandi à Nairobi, capitale du Kenya. J.S., je ne sais pas à quoi ça correspond, mais je pencherais pour Jean-Sylvain Ondara, comme mon pote de collège, eul’J.S.

Voyant qu'il n'était pas si bon que ça en course de fond, le sport national, il range ses baskets et se tourne vers la musique grâce au poste de radio de ses parents, devenu véritable objet de culte.

Plein les oreilles : en plus de la musique locale, il découvre Oasis, Nirvana, Radiohead... et la musique indé américaine. La rencontre ultime se fera avec le son et la voix de Bob Dylan et sa folk music, le jour où il découvre que c’est bien Bob, et pas Guns’n’Roses, qui interprète Knocking on heaven’s door.

Il écrit des chansons dans son coin depuis qu’il est petit, il veut jouer de la zik, et il doit le faire dans la patrie des Dylan, Neil Young ou autre Ray Lamontagne. Les Amériques. À noter que Neil Young est Canadien, et que Lamontagne, bien qu'il ait un nom de Canadien, est Américain, tu me suis ?

Il s'installe en 2013 à Minneapolis. Histoire d'avoir un vrai choc thermique en arrivant. D'ailleurs, quand J.S. est arrivé aux États-Unis, il est sorti de l’aéroport pour aussitôt y re-rentrer. Trop froid.

Minneapolis, c'est la ville de naissance de Bob Dylan justement (en fait c'est Duluth, à 50 km de là, mais bon, J.S. avait une tante à Minneapolis qui pouvait l’héberger, et pas à Duluth. Donc va pour Minneapolis).

Il apprend la guitare. Il était temps. Ça le fait moyen d'arriver aux States en mode zikos sans savoir gratter la 6 cordes... En autodidacte, il mitonne une petite folk pour ses textes et se lance dans les cafés et les scènes ouvertes. Là, il rencontre Jean-Claude Camus qui lui propose de faire la 1ère partie de Keen-V. Il refuse. Bien vu J.S., puisqu'en 2016, il est repéré par une radio locale influente et signe dans la foulée sur la label Verve. Depuis tout s’enchaîne et J.S. tourne dans toute l’Europe avec sa guitare.

Folk brute, douce, très élégante, comme J.S., toujours tiré à 4 épingles : chapeau en feutre, costard cintré bariolé, souliers bien cirés... Un vrai sapeur ce J.S., et toujours souriant avec ça. Heureux de vivre son rêve.

Chablis Winston (Sparse)
Photo © Josh Cheuse